share_book
Envoyer cet article par e-mail

Scarborough

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Scarborough

Scarborough

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Scarborough"

    Ils sont deux, ils sont frères, ils sont français, ils sont un assassin et un lâche, qui débarquent dans un port où la fatalité les a devancés, ils sont dénudés par la terreur. Le nom du port : Scarborough. Histoire de famille ? d'amour ? de meurtre ? Histoire taboue ? Le roman de Christophe Honoré est tout cela à la fois. Et bien plus encore. C'est une histoire de sexe, d'inceste, de transgression du sacré, de mort… Tous les ingrédients d'une tragédie grecque aux accents contemporains. Une violence universelle plongée au cœur d'un port anglais à l'atmosphère âpre et étouffante : à Scarborough, deux frères fuient un passé qu'on devine lourd, meurtrier. Ils sauvent des candidates au suicide avant d'être bannis de la bonne société anglaise. À Scarborough, des jeunes filles se jettent par la fenêtre et leurs mères noient leur désespoir en s'envoyant en l'air avec les clochards du port, humiliation suprême pour avoir mal aimé leurs filles. À Scarborough, l'horreur côtoie l'obscène, l'amour, la haine. Plus de repère : qu'est-ce que le sacré ? Qu'est-ce que la famille ? Qu'est-ce que l'amour ? Comment s'affranchit-on de l'histoire familiale ? Comment aime-t-on ses enfants ? Comment devient-on un homme libre ? Ces thèmes universels, chers à Christophe Honoré (auteur et réalisateur du film 17 fois Cécile Cassard), trouvent ici, grâce au talent de l'auteur, un écho particulier, loin de tout consensus. Chez lui, les phrases claquent ou enveloppent. Il possède ce lyrisme, cette poésie originale, contemporaine qui, sans se complaire dans le "faux quotidien", dérange par sa violence, sa crudité, son émotion. Certains passages semblent presque insoutenables de douleur, de peur. De perversité diront certains… Les tragédies antiques, qui mettaient en scène incestes, morts, errements intimes, disaient-elles autre chose ? --Marine Segalen

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 153  pages
    • Dimensions :  1.6cmx14.2cmx19.8cm
    • Poids : 222.3g
    • Editeur :   L'olivier Paru le
    • ISBN :  2879293103
    • EAN13 :  9782879293103
    • Classe Dewey :  843
    • Langue : Français

    D'autres livres de Christophe Honoré

    J'élève ma poupée

    Le ton est clair. Les recommandations sont fermes: non, on ne laisse pas sa poupée les fesses de plastique à l'air, on l'habille; on s'interdit de lui couper les cheveux ou de la tatouer avec un feutre! Les conseils sont rassurants: comment gérer les relations entre sa famille et sa poupée, [...

    La règle d'or du cache-cache

    Tout a commencé le jour où Katell jouait avec ses cousins à cache-cache et qu'ils ne l'ont jamais trouvée. Puis il y a eu le jour où la tête de son père a pris la couleur d'un kiwi écrasé. Le jour aussi où sa mère l'a encouragée à embrasser un Prince... Quel est ce secret qu'a découver...

    Tout contre Léo

    "Au milieu de l'escalier, j'ai stoppé net, arrêté par un silence inhabituel. Sans faire de bruit, je me suis faufilé dans la salle à manger. J'ai laissé la lumière éteinte et je me suis posté dans l'axe du passe-plat, un peu en arrière, pour rester dans le noir. De là, on voit toute la cu...

    Voir tous les livres de Christophe Honoré

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Ils sont deux, ils sont frères, ils sont français, ils sont un assassin et un lâche, qui débarquent dans un port où la fatalité les a devancés, ils sont dénudés par la terreur. Le nom du port : Scarborough. Histoire de famille ? d'amour ? de meurtre ? Histoire taboue ? Le roman de Christophe Honoré est tout cela à la fois. Et bien plus encore. C'est une histoire de sexe, d'inceste, de transgression du sacré, de mort… Tous les ingrédients d'une tragédie grecque aux accents contemporains. Une violence universelle plongée au cœur d'un port anglais à l'atmosphère âpre et étouffante : à Scarborough, deux frères fuient un passé qu'on devine lourd, meurtrier. Ils sauvent des candidates au suicide avant d'être bannis de la bonne société anglaise. À Scarborough, des jeunes filles se jettent par la fenêtre et leurs mères noient leur désespoir en s'envoyant en l'air avec les clochards du port, humiliation suprême pour avoir mal aimé leurs filles. À Scarborough, l'horreur côtoie l'obscène, l'amour, la haine. Plus de repère : qu'est-ce que le sacré ? Qu'est-ce que la famille ? Qu'est-ce que l'amour ? Comment s'affranchit-on de l'histoire familiale ? Comment aime-t-on ses enfants ? Comment devient-on un homme libre ? Ces thèmes universels, chers à Christophe Honoré (auteur et réalisateur du film 17 fois Cécile Cassard), trouvent ici, grâce au talent de l'auteur, un écho particulier, loin de tout consensus. Chez lui, les phrases claquent ou enveloppent. Il possède ce lyrisme, cette poésie originale, contemporaine qui, sans se complaire dans le "faux quotidien", dérange par sa violence, sa crudité, son émotion. Certains passages semblent presque insoutenables de douleur, de peur. De perversité diront certains… Les tragédies antiques, qui mettaient en scène incestes, morts, errements intimes, disaient-elles autre chose ? --Marine Segalen