share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les crises au XXème siècle (1873-2003)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les crises au XXème siècle (1873-2003)

Les crises au XXème siècle (1873-2003)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Les crises au XXème siècle (1873-2003)"

    Cette étude commence dès 1873 par la première crise internationale de l'économie capitaliste contemporaine et s'achève avec la récession américaine de mars 2001. Elle s'articule autour de trois problématiques : l'histoire économique des cycles des affaires et des crises bancaires et financières ; l'analyse économique des politiques suivies lors des périodes de récession ; la théorie économique et les débats sur les origines de l'instabilité de l'économie capitaliste Deux conclusions s'imposent - la première n'est guère rassurante : des crises économiques et financières on peut dire que "plus ça change et plus c'est la même chose", comme le montre la comparaison entre les crises de 1890 et de 2001 en Argentine - la seconde est optimiste : nos institutions sont plus fiables, plus "intelligentes" qu'elles ne l'étaient entre 1914 et 1950. Il ne faut pas donc craindre, ou attendre, une nouvelle " Grande Dépression " Néanmoins le cycle économique n'est pas mort et sans doute est-il impossible d'empêcher les " phases récurrentes d'optimisme et de pessimisme qui se traduisent périodiquement par l'apparition (ou la disparition) d'excès spéculatifs ". (Alan Greenspan)

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 302  pages
    • Dimensions :  2.0cmx17.0cmx23.8cm
    • Poids : 557.9g
    • Editeur :   Belin Paru le
    • Collection : Belin sup histoire
    • ISBN :  2701132118
    • EAN13 :  9782701132112
    • Langue : Français

    D'autres livres de Gérard-Marie Henry

    Quand la Chine s'essoufflera

    " Un seul grain de beauté peut masquer des centaines de taches de laideur ", dit un proverbe chinois. Or à l'heure actuelle, pour les organes d'information chinois complaisamment relayés par les agences de presse internationales, il n'y a rien de plus beau que la croissance économique [....]...

    Prix : 40 DH
    Histoire de la pensée économique

    Une façon originale de découvrir l'histoire de la pensée économique est de consulter The Economic Journal, la revue dont J.M. Keynes a été le directeur de 1911 à 1937. Le constat est clair : « La substance du débat économique professionnel est restée remarquablement inchangée au cours de...

    Prix : 253 DH

    Le FMI

    Plus d'un demi-siècle après la création du Fonds monétaire international, les opinions sont très partagées quant à l'importance et d'efficacité de cette institution dans l'économie mondiale. Il y a ceux qui considèrent que le FMI s'est bien adapté aux changements de l'environnement intern...

    Voir tous les livres de Gérard-Marie Henry

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Cette étude commence dès 1873 par la première crise internationale de l'économie capitaliste contemporaine et s'achève avec la récession américaine de mars 2001. Elle s'articule autour de trois problématiques : l'histoire économique des cycles des affaires et des crises bancaires et financières ; l'analyse économique des politiques suivies lors des périodes de récession ; la théorie économique et les débats sur les origines de l'instabilité de l'économie capitaliste Deux conclusions s'imposent - la première n'est guère rassurante : des crises économiques et financières on peut dire que "plus ça change et plus c'est la même chose", comme le montre la comparaison entre les crises de 1890 et de 2001 en Argentine - la seconde est optimiste : nos institutions sont plus fiables, plus "intelligentes" qu'elles ne l'étaient entre 1914 et 1950. Il ne faut pas donc craindre, ou attendre, une nouvelle " Grande Dépression " Néanmoins le cycle économique n'est pas mort et sans doute est-il impossible d'empêcher les " phases récurrentes d'optimisme et de pessimisme qui se traduisent périodiquement par l'apparition (ou la disparition) d'excès spéculatifs ". (Alan Greenspan)