share_book
Envoyer cet article par e-mail

La petite amie imaginaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La petite amie imaginaire

La petite amie imaginaire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La petite amie imaginaire"

De la part d'un romancier connu pour la complexité - et l'épaisseur - de ses romans, voici une autobiographie sélective d'une simplicité et d'une concision surprenantes. Malicieuse, modeste, pleine de sincérité, La Petite Amie imaginaire décrit les rapports de John Irving avec la lutte et l'écriture - le parallélisme est plus étroit qu'on ne l'imaginerait. Entendons par là une description concrète de la façon dont il a appris puis enseigné les deux arts, une réflexion sur le cours de sa vie et la naissance de ses centres d'intérêt. Au fil de ses récits et de ses digressions, il évoque ses e rencontres avec des hommes remarquables b, entraîneurs sportifs ou professeurs de littérature qui ont joué le même rôle stimulant. Adolescent, il est emprunté, gaffeur, mal à l'aise partout. Partout sauf sur le tapis de la salle de lutte. Et lorsqu'il ne lutte pas, il lit les classiques, Dickens, Flaubert, Graham Greene, Thomas Mann. Étudiant, bientôt marié et père de famille rangé, il est arbitre et entraîneur tout en enseignant la littérature et en poursuivant son oeuvre romanesque. Élevés dans les gymnases, les deux fils aînés grandissent et deviennent champions de lutte. Le troisième, âgé de quatre ans, est un futur poids moyen, diagnostique l'athlète. Le lecteur d'Irving retrouvera sa manière, une autodérision sans amertume, une expression de soi toujours « en retrait » avec des coups d'impudeur, dans ce petit livre délicieusement abouti qui est aussi un modèle de vie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 174  pages
  • Dimensions :  1.6cmx13.6cmx20.2cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • ISBN :  2020289318
  • EAN13 :  9782020289313
  • Langue : Français

D'autres livres de John Irving

L'Hôtel New Hampshire

Un des ouvrages les plus célèbres de l'auteur du Monde selon Garp, L'Hotel New Hampshire contient tous les éléments que l'on retrouve habituellement dans son oeuvre. En effet, drôle, astucieuse, originale et enthousiasmante est la saga de cette famille peu conventionnelle. Nostalgique et [.....

L'épopée du buveur d'eau

Fred " Bogus " Trumper, fumiste farfelu, a un problème : son canal urinaire est trop étroit. Pour cesser de souffrir pendant l'amour, un seul remède : boire des litres d'eau. Sa femme veut le plaquer, sa maîtresse souhaite un bébé, et, surtout, le réalisateur d'un documentaire sur l'échec...

Les rêves des autres

Elles sont sept, ces nouvelles réunies pour la première fois en un volume, contrepoint à une oeuvre romanesque foisonnante. Pour sa plus grande joie, le lecteur y retrouvera ce qu'il connaît : la satire du conformisme, l'imagination débridée, le goût du burlesque, les tabous joyeusement [....

L'oeuvre de Dieu, la part du diable

Dans un orphelinat situé au fin fond du Maine, Wilbur Larch, gynécologue excentrique, se livre à une double mission : mettre au monde des enfants non désirés, et futurs orphelins, «l'oeuvre de Dieu», interrompre illégalement des grossesses, «la part du Diable». Mais entre lui et un [......

Voir tous les livres de John Irving

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

De la part d'un romancier connu pour la complexité - et l'épaisseur - de ses romans, voici une autobiographie sélective d'une simplicité et d'une concision surprenantes. Malicieuse, modeste, pleine de sincérité, La Petite Amie imaginaire décrit les rapports de John Irving avec la lutte et l'écriture - le parallélisme est plus étroit qu'on ne l'imaginerait. Entendons par là une description concrète de la façon dont il a appris puis enseigné les deux arts, une réflexion sur le cours de sa vie et la naissance de ses centres d'intérêt. Au fil de ses récits et de ses digressions, il évoque ses e rencontres avec des hommes remarquables b, entraîneurs sportifs ou professeurs de littérature qui ont joué le même rôle stimulant. Adolescent, il est emprunté, gaffeur, mal à l'aise partout. Partout sauf sur le tapis de la salle de lutte. Et lorsqu'il ne lutte pas, il lit les classiques, Dickens, Flaubert, Graham Greene, Thomas Mann. Étudiant, bientôt marié et père de famille rangé, il est arbitre et entraîneur tout en enseignant la littérature et en poursuivant son oeuvre romanesque. Élevés dans les gymnases, les deux fils aînés grandissent et deviennent champions de lutte. Le troisième, âgé de quatre ans, est un futur poids moyen, diagnostique l'athlète. Le lecteur d'Irving retrouvera sa manière, une autodérision sans amertume, une expression de soi toujours « en retrait » avec des coups d'impudeur, dans ce petit livre délicieusement abouti qui est aussi un modèle de vie.