share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Bretagne sous la Révolution et l'Empire (1789-1815)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Bretagne sous la Révolution et l'Empire (1789-1815)

La Bretagne sous la Révolution et l'Empire (1789-1815)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Bretagne sous la Révolution et l'Empire (1789-1815)"

La Révolution et l'Empire restent dans la mémoire collective de la Bretagne comme un moment tragique marqué à la fois par les affrontements sanglants de la Chouannerie et un déclin économique lié au blocus maritime imposé par l'Angleterre pendant plus de vingt ans et aggravé par les choix stratégiques de la politique continentale de Napoléon. C'est oublier, si l'on en croit Chateaubriand, que la Bretagne avait vu naître la Révolution dans les rues de Rennes, le 28 janvier 1789, avant de voir surgir, quatre ans plus tard, en mars 1793, une révolte armée des paysans contre la République. Paradoxe qu'expliquaient la situation politique d'une province dominée par la noblesse en 1788 et le contraste existant entre des campagnes peuplées, surchargées de pauvres, se croyant protégées d'un surcroît de misère par leurs routines et leurs croyances et donc aux antipodes d'un archipel urbain prospère, essentiellement portuaire (Nantes, Brest, Lorient, Saint-Malo...), si l'on excepte Rennes et donc largement ouvert aux promesses de l'idéologie des Lumières. Roger Dupuy analyse les conséquences politiques de ce contraste économique et culturel et les raisons successives qui ont fait basculer une majorité de paysans dans une résistance croissante à la Révolution. La Chouannerie résulterait de la convergence de l'anti-révolution paysanne et de la contre-révolution nobiliaire favorisée par un clergé paroissial qui après avoir célébré l'avènement des réformes, s'opposa massivement à celle concernant la réorganisation de l'Eglise. Bonaparte, en 1801, imposa sa pacification, mais jusqu'à quel point et avec quels moyens ? Et qu'en est-il finalement du bilan économique, culturel et politique de ce quart de siècle qui imposa pour longtemps l'image d'une Bretagne figée dans sa foi et ses fidélités mais qu'on ne saurait réduire au seul rejet viscéral de la Révolution ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 350  pages
  • Dimensions :  2.5cmx14.2cmx21.2cm
  • Poids : 539.8g
  • Editeur :   Ouest-France Paru le
  • Collection : Université
  • ISBN :  2737335027
  • EAN13 :  9782737335020
  • Classe Dewey :  944.104
  • Langue : Français

D'autres livres de Roger Dupuy

Nouvelle histoire de la France contemporaine

Professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université de Rennes II, Roger Dupuy a notamment co-dirigé avec François Lebrun Les Résistances à la Révolution (Imago, 1985), et publié De la Révolution à la chouannerie (Flammarion, 1988), Les Chouans (Hachette Littérature, 1997) et [...

Voir tous les livres de Roger Dupuy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La Révolution et l'Empire restent dans la mémoire collective de la Bretagne comme un moment tragique marqué à la fois par les affrontements sanglants de la Chouannerie et un déclin économique lié au blocus maritime imposé par l'Angleterre pendant plus de vingt ans et aggravé par les choix stratégiques de la politique continentale de Napoléon. C'est oublier, si l'on en croit Chateaubriand, que la Bretagne avait vu naître la Révolution dans les rues de Rennes, le 28 janvier 1789, avant de voir surgir, quatre ans plus tard, en mars 1793, une révolte armée des paysans contre la République. Paradoxe qu'expliquaient la situation politique d'une province dominée par la noblesse en 1788 et le contraste existant entre des campagnes peuplées, surchargées de pauvres, se croyant protégées d'un surcroît de misère par leurs routines et leurs croyances et donc aux antipodes d'un archipel urbain prospère, essentiellement portuaire (Nantes, Brest, Lorient, Saint-Malo...), si l'on excepte Rennes et donc largement ouvert aux promesses de l'idéologie des Lumières. Roger Dupuy analyse les conséquences politiques de ce contraste économique et culturel et les raisons successives qui ont fait basculer une majorité de paysans dans une résistance croissante à la Révolution. La Chouannerie résulterait de la convergence de l'anti-révolution paysanne et de la contre-révolution nobiliaire favorisée par un clergé paroissial qui après avoir célébré l'avènement des réformes, s'opposa massivement à celle concernant la réorganisation de l'Eglise. Bonaparte, en 1801, imposa sa pacification, mais jusqu'à quel point et avec quels moyens ? Et qu'en est-il finalement du bilan économique, culturel et politique de ce quart de siècle qui imposa pour longtemps l'image d'une Bretagne figée dans sa foi et ses fidélités mais qu'on ne saurait réduire au seul rejet viscéral de la Révolution ?