share_book
Envoyer cet article par e-mail

Au moindre geste

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Au moindre geste

Au moindre geste

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Au moindre geste"

Ugo est architecte tendance utopiste, c'est dans son ADN. Orphelin de révolutions avortées, nourri au lait de théories généreuses et parfois explosives, Ugo a aussi fait les frais de leur pratique. Pourtant, lorsqu'une charmante employée des RG frappe à sa porte, le fils met pour la première fois en doute le mythe fondateur de la mort du père, ex-activiste d'extrême gauche. Sur la piste des énigmes intactes de l'enfance, au risque de mettre en pièces le roman familial, il reprend l'enquête à son propre compte, dans une étonnante chasse à l'homme. Au moindre geste, c'est l'histoire d'une gueule de bois identitaire, affrontée vent debout par un jeune homme qui croit à l'ivresse et qui n'en démord pas. Boris Le Roy signe un premier roman vif et solaire, entre quête initiatique et course-poursuite, sur la fréquentation des "limbes des idéologies perdues", mais surtout sur l'exercice de la liberté d'être soi, et celui du pardon que seuls les fils peuvent accorder aux pères. Une cavale haletante, rapide et dense, qui fond en un seul geste esthétique les fulgurances politiques d'une époque et les questionnements d'une génération privée de son propre héritage.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 112  pages
  • Dimensions :  1.8cmx11.4cmx21.2cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Actes Sud Editions Paru le
  • Collection : ROMANS, NOUVELL
  • ISBN :  2330005849
  • EAN13 :  9782330005849
  • Langue : Français

D'autres livres de Boris Le Roy

Quand j'étais petit je voterai

Qui sait ce que c'est un délégué ? Personne n'a levé le doigt. Qui sait ce que c'est le pouvoir ? Là toute la classe a levé le doigt. Alors, le principal a dit que ben non, le délégué n'avait pas de pouvoir. Ceux qui avaient le pouvoir, c'étaient eux, les professeurs, qui notaient. Et ceux...

Voir tous les livres de Boris Le Roy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ugo est architecte tendance utopiste, c'est dans son ADN. Orphelin de révolutions avortées, nourri au lait de théories généreuses et parfois explosives, Ugo a aussi fait les frais de leur pratique. Pourtant, lorsqu'une charmante employée des RG frappe à sa porte, le fils met pour la première fois en doute le mythe fondateur de la mort du père, ex-activiste d'extrême gauche. Sur la piste des énigmes intactes de l'enfance, au risque de mettre en pièces le roman familial, il reprend l'enquête à son propre compte, dans une étonnante chasse à l'homme. Au moindre geste, c'est l'histoire d'une gueule de bois identitaire, affrontée vent debout par un jeune homme qui croit à l'ivresse et qui n'en démord pas. Boris Le Roy signe un premier roman vif et solaire, entre quête initiatique et course-poursuite, sur la fréquentation des "limbes des idéologies perdues", mais surtout sur l'exercice de la liberté d'être soi, et celui du pardon que seuls les fils peuvent accorder aux pères. Une cavale haletante, rapide et dense, qui fond en un seul geste esthétique les fulgurances politiques d'une époque et les questionnements d'une génération privée de son propre héritage.