share_book
Envoyer cet article par e-mail

En écoutant de Gaulle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
En écoutant de Gaulle

En écoutant de Gaulle

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 140,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  qu'1 exemplaire !
Date de livraison estimée le mercredi 14 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "En écoutant de Gaulle"

    Présentation de En écoutant de Gaulle

    Le Général, grandeur nature En juin 1944, de Gaulle se cherche un nouvel aide de camp. Il le veut "grand et bien-pensant". On lui présente un jeune lieutenant engagé dans les Forces aériennes françaises libres, à peine remis d'une blessure. Jusqu'en septembre 1949, Claude Guy sera le plus proche collaborateur du Général. Il commence à tenir son journal le 21 janvier 1946, le lendemain du jour où de Gaulle quitte le pouvoir. L'histoire de ce texte est à elle seule un roman: convoité par les maisons d'édition, interdit de publication par la famille du Général, puis presque oublié, le manuscrit fut redécouvert en 1993 dans un placard, près de deux ans après la mort de l'auteur, et enfin publié grâce au travail de son ami Jean Mauriac. C'est à coup sûr le témoignage le plus révélateur, le plus perspicace, le plus émouvant sur la personnalité de l'homme du 18 juin. Claude Guy ne se contente pas d'être un spectateur au regard acéré. C'est l'interlocuteur sur lequel le Général teste ses analyses et ses interventions, le confident, parfois le conseiller. De Gaulle, qui, au début, s'attend à être bientôt rappelé au pouvoir - même si sa fierté lui interdit de le dire -, a sans doute surestimé le désordre politique qui devait suivre son départ. Mais il quitte très vite toute illusion sur l'imminence de son retour aux affaires: "Nous allons traverser une période terrible; après, seulement après, cela deviendra possible", confie-t-il dès décembre 1946. Il se montre aussi très clairvoyant sur les aspirations des colonies à l'indépendance, et sur les menaces qu'elles recèlent - notamment en Algérie. Surtout, il suit avec une délectation féroce les péripéties de politique intérieure, prévoyant en expert les scores électoraux, annonçant les manoeuvres et les crises. Enfermé dans sa Boisserie, ne recevant que des visiteurs triés sur le volet, qu'il s'amuse à surprendre, il reste informé de tout. Mais le récit de Claude Guy révèle aussi les petits côtés du grand homme. Par exemple quand, sur une simple mise en garde de son médecin à propos du tabac, il se persuade qu'il est atteint du cancer et prévoit sa fin prochaine; ou quand il déconseille à sa femme, au volant de la voiture, de demander son chemin à une fermière: "Les femmes sont incapables de donner un renseignement précis: elles commencent par se signer, pour distinguer leur gauche de leur droite!" --Gérard Moatti--

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 519 pages
    • Dimensions :  3.8cmx15.4cmx23.8cm
    • Poids : 639.6g
    • Editeur :   Grasset Paru le
    • ISBN :  2246494516
    • EAN13 :  9782246494515
    • Classe Dewey :  944.082
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Présentation de En écoutant de Gaulle

    Le Général, grandeur nature En juin 1944, de Gaulle se cherche un nouvel aide de camp. Il le veut "grand et bien-pensant". On lui présente un jeune lieutenant engagé dans les Forces aériennes françaises libres, à peine remis d'une blessure. Jusqu'en septembre 1949, Claude Guy sera le plus proche collaborateur du Général. Il commence à tenir son journal le 21 janvier 1946, le lendemain du jour où de Gaulle quitte le pouvoir. L'histoire de ce texte est à elle seule un roman: convoité par les maisons d'édition, interdit de publication par la famille du Général, puis presque oublié, le manuscrit fut redécouvert en 1993 dans un placard, près de deux ans après la mort de l'auteur, et enfin publié grâce au travail de son ami Jean Mauriac. C'est à coup sûr le témoignage le plus révélateur, le plus perspicace, le plus émouvant sur la personnalité de l'homme du 18 juin. Claude Guy ne se contente pas d'être un spectateur au regard acéré. C'est l'interlocuteur sur lequel le Général teste ses analyses et ses interventions, le confident, parfois le conseiller. De Gaulle, qui, au début, s'attend à être bientôt rappelé au pouvoir - même si sa fierté lui interdit de le dire -, a sans doute surestimé le désordre politique qui devait suivre son départ. Mais il quitte très vite toute illusion sur l'imminence de son retour aux affaires: "Nous allons traverser une période terrible; après, seulement après, cela deviendra possible", confie-t-il dès décembre 1946. Il se montre aussi très clairvoyant sur les aspirations des colonies à l'indépendance, et sur les menaces qu'elles recèlent - notamment en Algérie. Surtout, il suit avec une délectation féroce les péripéties de politique intérieure, prévoyant en expert les scores électoraux, annonçant les manoeuvres et les crises. Enfermé dans sa Boisserie, ne recevant que des visiteurs triés sur le volet, qu'il s'amuse à surprendre, il reste informé de tout. Mais le récit de Claude Guy révèle aussi les petits côtés du grand homme. Par exemple quand, sur une simple mise en garde de son médecin à propos du tabac, il se persuade qu'il est atteint du cancer et prévoit sa fin prochaine; ou quand il déconseille à sa femme, au volant de la voiture, de demander son chemin à une fermière: "Les femmes sont incapables de donner un renseignement précis: elles commencent par se signer, pour distinguer leur gauche de leur droite!" --Gérard Moatti--