share_book
Envoyer cet article par e-mail

Violences urbaines, violences sociales

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Violences urbaines, violences sociales

Violences urbaines, violences sociales

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 146,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Violences urbaines, violences sociales "

Les émeutes urbaines rythment notre actualité depuis le début des années 1980. Mais manifestent-elles une crise spécial, irréductible à toute lecture sociale ? Analyse d'une émeute urbaine, survenue le 12 juillet 2000 dans une zup de Montbéliard, ce livre cherche à rendre compte d'un paradoxe apparent pourquoi cette émeute se produit-elle alors que les indicateurs économiques et sociaux semblent plus favorables que jamais ? Ils montrent que, en réalité, ce sont les années passées de déstructuration des classes populaires, la rupture croissante entre les familles immigrées et le reste de la société, l'enfermement dans la zup qui " fabriquent " les émeutiers. Une explication qui est aussi un avertissement : l'échec scolaire, le racisme et les discriminations, la précarité nourrissent un désespoir social et un ressentiment, et constituent autant de " bombes à retardement ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 425 pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.0cmx18.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Hachette Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  2012792073
  • EAN13 :  9782012792074
  • Classe Dewey :  305.56
  • Langue : Français

D'autres livres de Stéphane Beaud

80 % au bac... et après ?

"80% d'une génération au bac" : ce mot d'ordre, lancé en 1985 comme objectif de l'enseignement secondaire français, fait l'objet d'un consensus politique, satisfaisant le progressisme de la gauche enseignante et le pragmatisme des gouvernements qui ont vu cette politique un moyen de juguler [...

Guide de l'enquête de terrain

Ce guide, devenu la référence sur ce sujet, s'adresse aux étudiants qui souhaitent entreprendre une enquête de terrain dans le cadre d'un mémoire (de licence ou de master) ou d'une thèse, dans des disciplines comme la sociologie, l'anthropologie sociale ou les sciences politiques. Il sera [...

Prix : 270 DH

Pays de malheur !

"Cher monsieur, je me permets de vous écrire pour vous remercier. J'ai terminé votre enquête 80 % au bac. C'est un livre qui m'a à la fois ému (j'ai souvent eu les larmes aux yeux) et mis en colère (contre moi-même). C'est incroyable à quel point les vies que vous avez décrites [....]...

Traîtres à la nation ? : Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud

" Désastre national ", " défaite sportive et morale ", " imposture ", " bus de la honte ": la surenchère verbale n'a pas manqué pour condamner la grève des joueurs de l'équipe de France de football lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud. Dans une sorte d'atmosphère d'union nationale, les Bleu...

Voir tous les livres de Stéphane Beaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les émeutes urbaines rythment notre actualité depuis le début des années 1980. Mais manifestent-elles une crise spécial, irréductible à toute lecture sociale ? Analyse d'une émeute urbaine, survenue le 12 juillet 2000 dans une zup de Montbéliard, ce livre cherche à rendre compte d'un paradoxe apparent pourquoi cette émeute se produit-elle alors que les indicateurs économiques et sociaux semblent plus favorables que jamais ? Ils montrent que, en réalité, ce sont les années passées de déstructuration des classes populaires, la rupture croissante entre les familles immigrées et le reste de la société, l'enfermement dans la zup qui " fabriquent " les émeutiers. Une explication qui est aussi un avertissement : l'échec scolaire, le racisme et les discriminations, la précarité nourrissent un désespoir social et un ressentiment, et constituent autant de " bombes à retardement ".