share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Sens du beau

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Sens du beau

Le Sens du beau

  (Auteur)


Prix : 135,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  qu'1 exemplaire !
Date de livraison estimée le mercredi 14 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Sens du beau "

Comment vivre bien sans la beauté, sans la, multiplicité des symboles et des significations qu'elle offre à nos méditations, à nos conversations? "Des goûts et des couleurs on ne discute pas", prétend la sagesse des nations... Et pourtant, ajoutait Nietzsche, on ne fait que cela! Sans doute, mais cependant pas depuis toujours... Dans l'Antiquité, la question des critères du Beau ne se posait guère. L'oeuvre d'art possédait une certaine objectivité, définie par sa capacité d'incarner à notre échelle les propriétés harmonieuses de l'Ordre du monde, du grand Tout cosmique. Elle s'imposait donc aux hommes comme un microcosme" , doué de qualités incontestables. Le Moyen Age reconduira cette conviction que l'art a pour fonction de mettre en oeuvre dans un matériau sensible une vérité supérieure et extérieure à l'humanité, celle de la splendeur des attributs divins. Il faut attendre le XVIIe siècle pour qu'advienne la "Révolution du goût" : l'idée qu'il existe au plus intime du coeur humain un sens du beau et que l'oeuvre a pour vocation, non plus d'incarner une vérité, cosmique ou divine, mais de plaire à la sensibilité des êtres humains Et c'est au XVIIIe siècle, sur fond de cette première laïcisation de la culture, que la philosophie de l'art prendra-la forme d'une théorie de la sensibilité, d'une esthétique. L'oeuvre n'apparaît plus comme le reflet d'un univers transcendant, mais comme une création de part en part réalisée par et pour les êtres humains. L'auteur et le spectateur, le génie et son réceptacle, deviennent ainsi les deux visages inséparables de cette subjectivisation de la beauté. C'est de cette singulière mutation, à l'origine de toute la culture moderne, que le présent livre tente de retracer l'histoire et de dégager les enjeux. Plus largement, il vise à éclairer nos débats actuels en les situant dans la perspective globale de la sécularisation du monde, de "l'humanisation du divin". - L.F. Homo Aestheticus (Grasset, 1990, traduit en quinze langues) a servi de base pour ce livre. L'ouvrage initial a été profondément remanié et réécrit. S'y ajoute une très riche iconographie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 348 pages
  • Dimensions :  1.8cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Biblio Essais
  • ISBN :  2253942898
  • EAN13 :  9782253942894
  • Classe Dewey :  701.17
  • Langue : Français

D'autres livres de Luc Ferry

Vaincre les peurs

Introduction pédagogique à la philosophie et son histoire, avec une réflexion sur ce qu'elle peut apporter en termes de sagesse ...

Prix : 95 DH
Apprendre à vivre

On apprend à vivre en apprenant à philosopher : cette évidence mérite d'être rappelée à tous ceux qui voient dans la philosophie une simple formation à l'esprit critique, un ensemble de techniques d'argumentation permettant de brillantes - mais peu fécondes - dissertations... La philosophie...

Prix : 90 DH

La tentation du christianisme

" Scandale pour les Juifs ; folie pour les Grecs voilà comment saint Paul désignait le christianisme. Contre la Loi des Juifs et la Raison des philosophes, il entendait plaider en laveur du salut par une foi plus forte que la mort. Comment expliquer que ce scandale et cette folie aient pu se déve...

Prix : 145 DH
Kant

Il est impossible d'entrer vraiment dans la philosophie si l'on ne prend pas le temps de comprendre en profondeur au moins un grand philosophe. C'est dans cette perspective que je me suis efforcé d'offrir au lecteur une introduction aussi claire que possible aux trois ouvrages majeurs de Kant - ses...

Prix : 101 DH

Voir tous les livres de Luc Ferry

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Comment vivre bien sans la beauté, sans la, multiplicité des symboles et des significations qu'elle offre à nos méditations, à nos conversations? "Des goûts et des couleurs on ne discute pas", prétend la sagesse des nations... Et pourtant, ajoutait Nietzsche, on ne fait que cela! Sans doute, mais cependant pas depuis toujours... Dans l'Antiquité, la question des critères du Beau ne se posait guère. L'oeuvre d'art possédait une certaine objectivité, définie par sa capacité d'incarner à notre échelle les propriétés harmonieuses de l'Ordre du monde, du grand Tout cosmique. Elle s'imposait donc aux hommes comme un microcosme" , doué de qualités incontestables. Le Moyen Age reconduira cette conviction que l'art a pour fonction de mettre en oeuvre dans un matériau sensible une vérité supérieure et extérieure à l'humanité, celle de la splendeur des attributs divins. Il faut attendre le XVIIe siècle pour qu'advienne la "Révolution du goût" : l'idée qu'il existe au plus intime du coeur humain un sens du beau et que l'oeuvre a pour vocation, non plus d'incarner une vérité, cosmique ou divine, mais de plaire à la sensibilité des êtres humains Et c'est au XVIIIe siècle, sur fond de cette première laïcisation de la culture, que la philosophie de l'art prendra-la forme d'une théorie de la sensibilité, d'une esthétique. L'oeuvre n'apparaît plus comme le reflet d'un univers transcendant, mais comme une création de part en part réalisée par et pour les êtres humains. L'auteur et le spectateur, le génie et son réceptacle, deviennent ainsi les deux visages inséparables de cette subjectivisation de la beauté. C'est de cette singulière mutation, à l'origine de toute la culture moderne, que le présent livre tente de retracer l'histoire et de dégager les enjeux. Plus largement, il vise à éclairer nos débats actuels en les situant dans la perspective globale de la sécularisation du monde, de "l'humanisation du divin". - L.F. Homo Aestheticus (Grasset, 1990, traduit en quinze langues) a servi de base pour ce livre. L'ouvrage initial a été profondément remanié et réécrit. S'y ajoute une très riche iconographie.