share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nulle part dans la maison de mon père

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nulle part dans la maison de mon père

Nulle part dans la maison de mon père

  (Auteur)


Prix : 81,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nulle part dans la maison de mon père"

Dans une petite ville du littoral algérien, une fillette grandit entre son père, seul instituteur indigène de l'école, et sa mère, si belle et si jeune. Livrée à la houle des souvenirs, Assia Djebar évoque sa formation et ses figures tutélaires au premier rang desquelles son père, l'austère Tahar qui, malgré ses idéaux démocratiques, reste attaché à une rigueur musulmane qu'il entend transmettre à sa fille. C'est par les livres qu'elle découvre le monde - bientôt viendra l'écriture. Pour la première fois dans son oeuvre, Assia Djebar compose un roman autobiographique qui éclaire son identité de femme et d'écrivain : on y découvre une enfant puis une jeune fille avide de liberté, riche d'une tradition en héritage et d'un savoir qu'elle conquiert brillamment, déchirée entre l'Algérie et la France. Au-delà du récit intime tout en pudeur et en émotion, elle rend hommage à un passé araboberbère, à un pays, à un père, comme pour renouer des liens dont elle a naguère dû s'affranchir pour devenir elle-même.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 451 pages
  • Dimensions :  3.2cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Babel Noir
  • ISBN :  2742784853
  • EAN13 :  9782742784851
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Assia Djebar

L'Amour, la fantasia

Un beau livre, entre France et Algérie, écrit dans un français somptueux. L'Amour, la fantasia est un livre sur l'amour. Celui du corps et de la langue. Mais cet amour n'est jamais nommé. Dans la société maghrébine traditionnelle, l'homme ne nomme jamais son épouse. Ici le corps féminin a ...

Prix : 76 DH
Vaste est la prison

«Vaste est la prison qui m?écrase», dit la complainte berbère qui ouvre ce roman sur l?Algérie des femmes d?hier et d?aujourd?hui. Comme dans le présent algérien s?entremêlent ici des tragédies, des passions et des mutations, celles de femmes presque toujours en mouvement : la narratrice da...

Prix : 76 DH

Femmes d'Alger dans leur appartement

En 1832, dans Alger récemment conquise, Delacroix s'introduit quelques heures dans un harem. Il en rapporte un chef-d'œuvre, Femmes d'Alger dans leur appartement, qui demeure un " regard volé ". Un siècle et demi plus tard, vingt ans après la guerre d'indépendance dans laquelle les Algérienne...

Prix : 89 DH
Oran, Langue Morte

Une oeuvre tragique dans laquelle Assia Djebar s'est attachée à exprimer, au plus près de son horreur quotidienne, la violence que connaît l'Algérie depuis de longues décennies. Des récits où s'entrelacent les thèmes des origines, de la mémoire et de l'imaginaire berbère....

Voir tous les livres de Assia Djebar

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans une petite ville du littoral algérien, une fillette grandit entre son père, seul instituteur indigène de l'école, et sa mère, si belle et si jeune. Livrée à la houle des souvenirs, Assia Djebar évoque sa formation et ses figures tutélaires au premier rang desquelles son père, l'austère Tahar qui, malgré ses idéaux démocratiques, reste attaché à une rigueur musulmane qu'il entend transmettre à sa fille. C'est par les livres qu'elle découvre le monde - bientôt viendra l'écriture. Pour la première fois dans son oeuvre, Assia Djebar compose un roman autobiographique qui éclaire son identité de femme et d'écrivain : on y découvre une enfant puis une jeune fille avide de liberté, riche d'une tradition en héritage et d'un savoir qu'elle conquiert brillamment, déchirée entre l'Algérie et la France. Au-delà du récit intime tout en pudeur et en émotion, elle rend hommage à un passé araboberbère, à un pays, à un père, comme pour renouer des liens dont elle a naguère dû s'affranchir pour devenir elle-même.