share_book
Envoyer cet article par e-mail

La famine menace-t-elle l'humanité?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La famine menace-t-elle l'humanité?

La famine menace-t-elle l'humanité?

  (Auteur)


Prix : 135,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La famine menace-t-elle l'humanité?"

Le marché est-il responsable de la faim dans le monde ? La malnutrition croît-elle sans cesse ? La politique agricole commune doit-elle être sauvegardée ? Faut-il étendre le protectionnisme ? Les produits agricoles sont-ils des marchandises comme les autres ? Leurs prix vont-ils inévitablement augmenter ? Le principe de précaution est-il incontournable ? Faut-il interdire les OGM ? Avons-nous droit à l’eau et à l’alimentation ? La « malbouffe » américaine menace-t-elle la France ? L’agriculture doit-elle être biologique ? La décroissance rend-elle plus heureux ?  C’est à ces questions et à quelques autres que cet ouvrage est consacré. Au-delà des lieux communs, l’auteur établit que la Liberté, comme la confiance dans l’homme et le progrès, ne sont pas les causes de la famine, de la malnutrition et des problèmes environnementaux, mais leur solution. Alors que la Terre devrait comprendre plus de 2 milliards d’habitants supplémentaires à l’horizon 2050, il démontre que la France doit gagner le pari de la compétitivité et de la croissance verte.  Chaque chapitre reprend une idée reçue rappelée entre guillemets (« Malthus avait raison ! », « Vive la décroissance», « A bas la bouffe américaine ! »…) Chaque tête de chapitre commence par « Le chiffre qui tue », ou par « Le fait qu’on oublie». Chaque fois, l’argumentation commence par un sondage ou un chiffre sur l’idée reçue traitée. Le livre s’achève sur une réponse à… José Bové.  A la fin de l’ouvrage, une bibliographie précise et commentée permet d’aller plus loin.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 237 pages
  • Dimensions :  2.2cmx12.2cmx20.4cm
  • Poids : 272.2g
  • Editeur :   Jc Lattès Paru le
  • Collection : Essais et documents
  • ISBN :  2709633507
  • EAN13 :  9782709633505
  • Classe Dewey :  363.8
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Philippe Feldman

Mutations de la Democratie Locale Elections et Statut des Elus

La loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales a engagé la France "territoriale" dans une réforme profonde de ses structures décentralisées. Parfois interprétée comme ouvrant l'"Acte III" de la décentralisation, cette loi s'intéresse avant tout au volet institutionn...

Voir tous les livres de Jean-Philippe Feldman

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le marché est-il responsable de la faim dans le monde ? La malnutrition croît-elle sans cesse ? La politique agricole commune doit-elle être sauvegardée ? Faut-il étendre le protectionnisme ? Les produits agricoles sont-ils des marchandises comme les autres ? Leurs prix vont-ils inévitablement augmenter ? Le principe de précaution est-il incontournable ? Faut-il interdire les OGM ? Avons-nous droit à l’eau et à l’alimentation ? La « malbouffe » américaine menace-t-elle la France ? L’agriculture doit-elle être biologique ? La décroissance rend-elle plus heureux ?  C’est à ces questions et à quelques autres que cet ouvrage est consacré. Au-delà des lieux communs, l’auteur établit que la Liberté, comme la confiance dans l’homme et le progrès, ne sont pas les causes de la famine, de la malnutrition et des problèmes environnementaux, mais leur solution. Alors que la Terre devrait comprendre plus de 2 milliards d’habitants supplémentaires à l’horizon 2050, il démontre que la France doit gagner le pari de la compétitivité et de la croissance verte.  Chaque chapitre reprend une idée reçue rappelée entre guillemets (« Malthus avait raison ! », « Vive la décroissance», « A bas la bouffe américaine ! »…) Chaque tête de chapitre commence par « Le chiffre qui tue », ou par « Le fait qu’on oublie». Chaque fois, l’argumentation commence par un sondage ou un chiffre sur l’idée reçue traitée. Le livre s’achève sur une réponse à… José Bové.  A la fin de l’ouvrage, une bibliographie précise et commentée permet d’aller plus loin.